Introduction


Mon travail photographique emprunte deux voies parallèles pour un même questionnement, celui du rapport au réel et à ses représentations. La première voie (North Sea Theory, Natural Secret History, Natura ex Natura, Related Rocks, I Cloud, etc.) suit de près les traces de Jean Baudrillard pour lequel
« photographier n'est pas prendre le monde pour objet mais le faire devenir objet, exhumer son altérité enfouie sous sa prétendue réalité, le faire surgir comme attracteur étrange, et fixer cette attraction étrange dans une image. » Nous pourrions ajouter, une attraction dont la force réside dans le fait de déposséder ce monde d’avant sa construction en objet, de toute dimension documentaire, conférant ainsi aux objets advenus par l’intention photographique, un statut d’image déconnectée de référent.
La deuxième voie (TV Dreams and Nightmares, Portraits d'outre-tombe, Christochromies, etc.) pousse encore plus loin cette entreprise de dissolution du réel dans l’image, c’est à dire au sens littéral sa représentation. Sur cette voie il n’y a plus que des traces, des signes finalement peut-être plus présents que le réel qui en définitive ne se révèle jamais autrement que dans la représentation que l’on en fait. Ici il est question d’un jeu trouble entre le réel et ses doubles (ses représentations) et certainement plus encore d'un jeu sur la représentation elle même.